[SECTEUR PUBLIC] Premiers enseignements sur l’expérimentation de la certification des comptes à Orléans

Michel Martin, en sa qualité de maire-adjoint d’Orléans et vice-président d’Orléans métropole, chargé des finances, est intervenu dans le cadre de la première table ronde du colloque sur la certification des comptes locaux pour partager les enseignements à tirer de l’expérimentation à Orléans. Retour en vidéo sur la table ronde.

 « Il est essentiel de travailler sur la transparence financière. La démarche engagée depuis 2 ans à Orléans implique des domaines techniques, mais pas seulement car on y a associé un maximum de services. On a bien sûr travaillé sur les rattachements et les provisions. Et aussi souffert sur les actifs car il n’existe pas de culture comptable de l’amortissement comme dans la comptabilité privée. Il semblerait pertinent de réfléchir à une politique d’amortissement efficace et efficiente. Une autre difficulté est à relever sur l’importance relative… A-t-on besoin de compter des éléments d’actif qui ne valent rien ? Essayons de simplifier ! »

Voir la vidéo sur la table ronde “Enseignements à tirer de l’expérimentation en cours à Orléans”

Emmanuelle Barberot directrice des finances d’Orléans et d’Orléans métropole : « Les collectivités font déjà du contrôle interne sans le savoir. L’idée est de savoir comment formaliser ce qu’on fait et en faire d’autres pour maîtriser les risques. Un enjeu central de la démarche de certification des comptes réside dans la pédagogie, pour être identifiée par les équipes comme un levier et non pas comme un frein. »

Bertrand Langlet directeur général des services d’Orléans et d’Orléans métropole : « Malgré une conjoncture de mutualisation nous avons choisi de mener une démarche structurante avec une déconcentration des fonctions supports qui oblige à répartir les métiers et les responsabilités… Un paradoxe riche d’enseignements qui exige pédagogie et formation des équipes. »

Jean-Marc Verdier, comptable du centre des finances publiques d’Orléans Municipale et Sud Loire. «En matière de cartographie des risques,  la multiplicité des process et des services constitue une particularité des collectivités… Analyser les procédures mises en place, les formaliser, les contrôler, assurer leur traçabilité, demande du temps et implique un coût qui s’avère bénéfique pour sécuriser et progresser.

Florence Lebegue, vérificatrice de la CRC CVdL. « Pour beaucoup de collectivités locales, le chemin à parcourir jusqu’à l’auditabilité des comptes est long. Pour autant, le travail accompli fixe les jalons d’une véritable feuille de route. Le rôle de la certification est de contrôler les comptes issus de décisions de gestion qu’il ne nous appartient pas de décider ou de juger… »

Jean-Claude Meftah, magistrat financier de la CRC CVdL s’interrogeant sur les modes alternatifs à la certification : « On pourrait imaginer une montée en puissance graduelle en fonction d’éléments financiers restant à fixer, comme des seuils de recettes… »

Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.